windowQui suis-je ? Où va le monde ? Est-ce que Dieu existe ?

Une introduction illustrée

11 Le passage du règne animal au règne de l’homme.

Les plans universels

À quoi bon étudier les analyses cosmiques de l’univers ?

1. Le plus grand commandement religieux du monde

En quoi est-il utile d'étudier des analyses cosmiques de l'univers qui sont, pour certaines personnes, si difficiles à comprendre? Le chemin de Dieu n'est-il pas montré aux hommes par les religions et les rédempteurs du monde? Peut-on montrer le chemin de Dieu et de la culture véritable d'une façon plus accomplie que ne le font Jésus-Christ dans le sermon sur la montagne, par exemple, ou d'autres saints commandements? Existe-t-il une meilleure façon de trouver le chemin de la lumière que de suivre le commandement "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu avant toute chose et ton prochain comme toi-même"? La réponse est certainement qu'il serait totalement impossible d'indiquer un chemin de Dieu, de la lumière ou de l'établissement d'une culture absolument achevée dont le message ne serait pas équivalent au message divin, immuable et fondamental de la vie même. Et c'est pourquoi les analyses et les symboles cosmiques de la structure de la vie ne sont absolument pas faits pour éloigner les hommes des saints commandements du Christ ou des commandements et enseignements plus ou moins sanctifiés des grandes religions mondiales qui dictent aux hommes leur moralité et leur comportement. Au contraire, ils sont là pour montrer que dans leur essence, les principes cosmiques et les dogmes les plus grands qui aient été révélés par ces êtres sont absolument vrais.

 

2. La situation du monde et la prédiction du "jugement dernier"
La situation où se trouve le monde d'aujourd'hui constitue bel et bien la preuve que cette démonstration est nécessaire. En effet, on ne peut décrire cette situation en d'autres termes que le jugement dernier, le ragnarok* que le Christ a annoncé aux hommes pour "la fin des temps". Le récit biblique qui nous parle de l'avenir ne nous prédit-il pas que "le diable va déchaîner toute sa fureur"? Les deux guerres mondiales qui ont fait rage au sein de l'humanité de la terre au vingtième siècle n'en sont-elles pas la preuve? N'a-t-on pas essayé de détruire la population et le patrimoine culturel de villes comptant des millions d'habitants? N'a-t-on pas aussi essayé d'anéantir une race entière d'hommes? N'a-t-on pas vu des millions d'hommes se faire assassiner, et cela non seulement sur les champs de bataille lorsqu'ils défendaient leur patrie ou attaquaient celle d'autres peuples, mais aussi au beau milieu de leur vie civile lorsqu'ils furent emmenés dans des chambres à gaz et exécutés sur-le-champ, sans aucune forme de procès et sans aucune justification juridique, sans que les commandements vitaux "Tu ne tueras point", "Tu dois pardonner à ton prochain", "Remets ton épée à sa place; car tous ceux qui prendront l'épée périront par l'épée" (Matthieu 26,52), ne soient le moins du monde respectés. L'essence même de toutes les lois n'est-elle pas: "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu avant toute chose et ton prochain comme toi-même"? Dans cette existence de jugement dernier où des millions d'hommes, jeunes ou vieux, enfants ou adultes, sont morts de faim et de soif dans d'horribles camps de concentration, c'est-à-dire des camps de la mort dont l'esprit diabolique faisait régner l'ombre sur la terre, où était la foi en un Dieu aimant et en une civilisation aux pratiques chrétiennes?

____________
* N.d.T.: Le "ragnarok" est le jugement dernier de la mythologie nordique.

3. Les hommes de la terre évoluent et se détachent des dogmes religieux
Pourquoi les idéaux que la religion a répandus parmi les hommes au fil des siècles n'ont-ils pu stopper ces manifestations diaboliques et les râles d'agonie, les mutilations, les maladies, la misère et l'immoralité qui en découlent? N'est-il pas évident que les dogmes et idéaux que la religion nous a transmis n'ont pas eu le pouvoir, tout divin qu'ils fussent, de libérer l'humanité des horreurs du jugement dernier? Ne constatons-nous pas justement que les hommes de la terre évoluent et se détachent de ces dogmes, tels des enfants qui quittent des vêtements ou des chaussures devenus trop petits? Par conséquent, il est naturel qu'ils cessent aussi d'y croire. Ne sont-ils pas des millions à être devenus matérialistes et athées, et ne sont-ils pas de plus en plus nombreux à l'être? Les services religieux célébrés dans les temples et les églises ne sont-ils pas de plus en plus désertés? La preuve n'est-elle pas faite que les vérités cosmiques suprêmes, les commandements et les dogmes religieux qui représentent le fondement de la vie, sont devenus indéchiffrables pour les hommes et que certains vont même jusqu'à penser qu'une personne intelligente ne doit pas s'abaisser à leur consacrer leur temps et leur foi? Doit-on en rejeter la faute sur les hommes ou sur les idéaux religieux?

4. Les hommes qui n'ont pas besoin d'explications logiques pour accepter les dogmes et les idéaux que transmet la religion
Dans un sens absolu, la faute n'est à rejeter ni sur les hommes, ni sur les idéaux religieux. Les idéaux religieux correspondent pleinement aux stades d'évolution auxquels se trouvent les hommes auxquels ils ont été transmis. Ils représentent la base indispensable de leur vie. Mais pour un grand nombre d'entre eux, les hommes de la terre ont déjà dépassé ces stades d'évolution pour en rejoindre de plus avancés. Ils vivent dans une sphère mentale tout à fait différente de celle à laquelle les anciens dogmes et principes religieux correspondaient, des dogmes et principes auxquels les êtres concernés, en raison de leur instinct encore suffisamment épanoui, pouvaient se consacrer entièrement. Leur intelligence n'était pas encore assez évoluée pour exiger une confirmation ou explication intellectuelle de ces idéaux et dogmes religieux. Il suffisait, pour qu'ils les acceptent, qu'ils proviennent d'une autorité.

5. Les hommes auxquels s'adressent ces symboles et l'œuvre principale qu'ils complètent
Mais de nos jours, les choses ont changé. Ce sont des millions d'hommes qui ont perdu la faculté de croire, car en raison de l'accroissement de leur intelligence, leur instinct a plus ou moins dégénéré. Ils ont acquis la faculté d'analyser, étudier et observer le monde par eux-mêmes. Et au fur et à mesure que leur intelligence se développe, ils exigent, pour pouvoir accepter une idée ou un système de pensée, qu'ils soient explicables d'une façon logique et scientifique. Il serait absolument déraisonnable de leur reprocher cet état d'esprit. En effet, il est pour eux impossible de croire aux dogmes qu'engendrent les idéaux religieux pour la bonne raison qu'ils se présentent sous forme de simples postulats, de solutions toutes faites, et qu'il leur manque les raisonnements scientifiques et les calculs logiques qui mènent à ces solutions. C'est dans ce but que ce livre de symboles* et l'œuvre principale qu'il complète ont été créés. La finalité de ce livre est donc d'aider les personnes qui sont incapables de croire en de simples affirmations, de simples postulats, s'ils ne sont pas appuyés par des arguments logiques et intellectuels, mais qui n'en cherchent pas moins de tout leur cœur et de toute leur raison une explication qui puisse justifier le jugement dernier, parce qu'ils commencent à pressentir qu'il existe forcément une telle justice expliquant la primitivité de l'existence quotidienne des hommes ainsi que leur incompréhension de cette existence. Ce livre met les étudiants cosmiques éventuels que sont ces personnes sur la voie de l'explication irréfutable offerte par la vie même des ténèbres qui règnent sur le monde, afin d'aider au maintien éternel de la création du diapason de l'univers: l'amour.

* "L’Image Éternelle de l’univers".

Cité de Martinus’ introduction to L’Image Éternelle de l’univers, Vol 1 - © 1981 Martinus Institut


 


Pin it